Aujourd’hui les touristes sont des croisiéristes qui achètent un savon de Marseille et un pot de lavande, ça ne fait pas vivre une ville.

#Fatchabref : un tourisme pour savons de Marseille